En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

RegardS sur l'exil

Le cimetière marin : 15 000 hommes, femmes et enfants sont morts en Méditerranée depuis 2014

Par CHRISTINE GOBIER, publié le vendredi 23 février 2018 14:36 - Mis à jour le dimanche 18 mars 2018 12:47
Capture.JPG
Trois grandes voies migratoires traversent la Méditerranée. La première (à l’ouest) conduit du Maroc à l’Espagne, la deuxième (au centre) de la Libye à l’Italie, la troisième (à l’est) de la Turquie à la Grèce. Toutes comptent leur lot de tragédies..

Le Temps est le média de référence de la Suisse romande et francophone. Le quotidien proposait sur son site, le 21/12/2017, un article et une carte éloquents. Sur cette carte sont représentés les hommes, femmes et enfants morts (par noyade ou hypothermie) ou disparus en mer sur l’une des trois routes maritimes utilisées par l’écrasante majorité des migrants pour tenter de rejoindre l’Europe, entre le 1er janvier 2005 et le 18 décembre 2017. Soit 21 167 points pour autant de décès.

Lien vers l'article : ici

"Sur les chemins de la migration illégale, la Méditerranée est toujours l’étape la plus dangereuse du monde. Ces 25 dernières années, du 1er janvier 1993 à mi-décembre 2017, elle a tué de manière certaine quelque 34 500 hommes, femmes et enfants, un nombre auquel il faudrait ajouter tous ceux qui ont sombré sans témoins, dans des naufrages qui n’ont laissé aucun survivant et donc aucun décompte. Les tragédies se sont succédé régulièrement au cours de cette période, avant de se multiplier en 2014 pour atteindre des valeurs record trois années de suite. En 2016, avec 5143 décès recensés, la région a englouti à elle seule plus des deux tiers des migrants disparus sur la planète. En 2007, près de 3000 migrants trouvaient la mort dans ses eaux. En 2017, plus de 3100 migrants ont trouvé la mort dans ses eaux."